Maladie et discriminations

ruban-rouge

Quelques mots en passant…

Aujourd’hui je participais au tournage d’une émission web sur la question du VIH et des progrès médicaux pour les malades. En guise de conclusion j’ai parlé de la question des discriminations et dit quelque chose qui me tenait vraiment à cœur – je pensais en même temps au cancer que j’ai connu, aux différentes maladies qui font peur, et aux discriminations en général. 

Quand on souffre du regard des autres, on a tendance aisément à intégrer le reproche. Mais quand tu es malade, le problème face à la discrimination ce n’est pas toi, ce n’est pas ta maladie. Le problème c’est l’autre. L’autre avec ses préjugés, avec ses peurs, son ignorance, voire sa méchanceté. 

On a vite fait de se sentir un boulet, et/ou de trouver que notre maladie est un boulet lourd à trainer. Mais le problème, le boulet, c’est l’autre et son incapacité à nous voir dans notre intégralité d’être humain. Pétrifié de peur, pétrifié dans sa propre humanité mal gérée, l’autre est interpellé dans l’appréhension qu’il a de lui-même, de sa mortalité, de sa finitude. Malades, on est un dur rappel de la condition humaine. Certains ne sont pas prêts. 

Si vous êtes malades et que les autres vous pèsent, ne vous laissez pas croire que le problème est en vous. Aimez-vous juste plus fort que le regard qui vous abîme… Et trouvez d’autres yeux dans lesquels vous refléter. 

(puis trouvez-vous des semblables car les discriminations ça se combat, en bande, et les luttes militantes font du bien au coeur et au corps aussi)

Laisser un commentaire