La méditation marchée

Méditer sous un arbre

 

Lorsque j’ai participé à mes premières retraites de méditation j’ai eu beaucoup de mal avec la méditation marchée. Si j’étais soulagée des pauses qu’elle offrait, j’étais toutefois bien perplexe : impossible pour moi de rester « en présence » dès lors que je quittais la rigueur de l’assise. J’allais néanmoins dehors comme les autres mais j’avais l’impression de me balader. Tête levée ou tête baissée à regarder mes pas, je partais très vite dans mes pensées.

 

Et puis au printemps dernier j’ai lu un dossier consacré au souffle dans le magazine Esprit Yoga. J’y ai découvert le breathwalk (en anglais, breath = souffle, respiration et walk = marche, pas) issu du yoga kundalini.

 

Deux techniques notamment y étaient exposées, que j’ai essayées immédiatement :

 

la respiration de l’aigle : on inspire par le nez en quatre étapes, chaque étape correspondant à un pas, puis on expire en quatre phases, sur quatre pas également. C’est une respiration qui est assez séquencée – sans aller jusqu’à être saccadée, il faut doser pour garder un peu de souplesse. L’air entre par étapes : haut de la cage thoracique, basses côtes, arrière de la cage thoracique puis ventre et on vide ensuite en sens inverse.

 

la respiration du tigre : on inspire également sur quatre pas, mais «de façon profonde, continue et complète» puis on expire de la même manière sur quatre pas aussi. C’est une manière de respirer beaucoup plus fluide – et qui me semble plus simple si l’on n’a pas l’habitude des exercices de respiration.

 

Dans les deux cas, selon la vitesse de marche on va respirer différemment. Il est donc conseillé de commencer relativement doucement puis de passer à une marche à vitesse normale. Parce que l’on compte les pas et les temps de respiration, l’esprit est posé sur la respiration et la conscience tranquille : c’est une méditation ! Et comme dans toute méditation, on se rend compte régulièrement que l’on s’est éloigné quelques instants du souffle et de la présence attentive, alors on y revient.

 

esprit-yoga

 

C’est «bête comme chou» 🙂 mais c’est ainsi qu’un vendredi, Esprit Yoga dans le sac à main, j’ai ENFIN eu l’impression de découvrir et comprendre la marche méditative sur un trajet entre gare et domicile. J’ai trouvé ça simple et effectivement très apaisant, alors j’ai renouvelé l’exercice lors de mes petits trajets à pied.

Quelques semaines plus tard, en retraite de méditation, j’ai pu avec plaisir pratiquer de vraies longues marches méditatives, aidée de ces explications et de cet outil qui m’avais aidée à ressentir ce que j’étais « censée » faire. La marche méditative n’avait plus de secret pour moi !

 

Je réalise que la méditation a révolutionné mon rapport à beaucoup de choses, y compris à la marche (qui auparavant m’ennuyait profondément) et à la contemplation de la nature. J’habite près d’un grand parc et je n’y ai jamais passé autant de temps que ce printemps, entre marche, course à pied, et simple besoin d’aller m’immerger dans le vert.

Vous profitez des beaux jours pour marcher ? « Jouez » à l’aigle ou au tigre !

 

%réponses% à La méditation marchée

  1. Bonjour,

    J’ai découvert votre blog depuis twitter et je suis ravie.
    Par cette article sur la méditation marchée, vous m’avez fait découvrir le magazine esprit yoga, celui en kiosque actuellement est vraiment ce dont j’ai besoin pour avancer, merci pour cette découverte.

    Pour la partie méditation je commence tout juste à découvrir son fonctionnement par le bié du livre de Christophe André (méditer, jour après jour).

    Au plaisir de vous lire de nouveau 🙂

    • Bienvenue, et merci !
      C’est un super magazine, oui, vraiment accessible et très précis et de qualité en même temps. Ravie que vous ayez pu le découvrir 🙂

Laisser un commentaire