Archives des Mots-clés : gratitude

9 leçons retenues en étudiant le bonheur

9 leçons retenues en étudiant le bonheur

 

1/ Le bonheur ça s’apprend

A priori je le savais et je le dis souvent ici. Mais j’ai redécouvert à quel point on pouvait aller loin dans cet apprentissage.
Avant même d’être un état d’esprit, être heureuse est pour moi un choix à renouveler chaque jour, qui exige de la volonté. Et si comme moi vous êtes du genre sérieuse – studieuse, alors c’est une bonne nouvelle : le bonheur ça se travaille, ça se potasse, ça se révise et ça s’entraîne !

 

2/ Il n’est jamais trop tard pour être heureux

Même après des décennies de mauvaises habitudes, on peut changer – et vite – nos fonctionnements. Le cerveau est extrêmement malléable et enregistre vite les changements relatifs à nos modes de pensée et à nos actions. Si je mets un point d’honneur à focaliser sur le positif dans ma vie, alors très rapidement celui-ci me saute aux yeux. Dès quelques séances de méditation, dès quelques journées ou semaines de gratitude, les structures cérébrales se modifient et les nouvelles habitudes s’ancrent.

 

3/ Apprendre à se connaître aide beaucoup

Tant d’années à s’auto-cotoyer et pourtant nous demeurons parfois pour nous-mêmes de parfaits inconnus ! On peut profiter de moments de solitude pour faire plus ample connaissance avec soi-même : si vous êtes seul-e à choisir, quelle expo allez-vous visiter, quel film avez-vous envie de voir, quel repas souhaitez-vous manger ? Savez-vous vraiment ce que vous rend heureux ?

 

4/ La santé physique est votre alliée

Dans un corps sain un esprit sain et apaisé ! Deux atouts infaillibles à mettre de votre côté : activité physique et sommeil. On recommande trois séances d’activité soutenue par semaine, pour 30 minutes au moins. Il peut s’agir tout simplement d’un trajet effectué à vélo ou d’une balade à pied à allure un peu plus rapide qu’à l’accoutumée. En hiver, du sport en salle ou du yoga au chaud fonctionnent bien aussi. Pour le sommeil, à chacun de trouver son rythme, mais il est rare de ne pas nécessiter 7 à 8 heures de sommeil par nuit. Augmentez petit à petit ces heures en vous couchant un quart d’heure plus tôt par semaine et offrez-vous des siestes autant que possible.

 

5/ Notre bonheur s’appuie sur nos connexions aux autres

« Aucun homme n’est une île ». Si Hugh Grant attribue avec humour cette citation à Jon Bon Jovi (dans le film Pour un garçon), elle revient au poète britannique John Donne. Les personnes les plus heureuses ont en général des ami-e-s proches (à qui on peut se confier, c’est-à-dire parler de tout ce qui compte vraiment) et des connexions denses avec leur entourage.
Comment développer ce point ? En travaillant son empathie, en effectuant des actes de gentillesse, en pratiquant la gratitude qui révèle souvent l’apport des autres à notre bonheur.

 

40% de notre bonheur se trouve entre nos mains

 

6/ 40% de notre bonheur est entre nos mains

Je le savais grâce à Florence Servan-Schreiber qui l’explique dans son livre 3 kifs par jour. Si la moitié de notre « niveau de bonheur » provient effectivement de notre héritage génétique, seuls 10% dépendent des circonstances que nous traversons. Réfléchissez à ce qui vous tracasse et tâchez de visualiser que cela ne représente que 10% de votre état d’esprit. Le reste dépend de vous, de l’attitude que vous parvenez à adopter, des choix que vous effectuez au quotidien.
Il est possible, chaque jour, de prendre des micro-décisions pour être plus heureux-se. Leur somme, c’est le bonheur.

 

7/ Essayer la méditation, c’est l’adopter

Je la pensais facultative, un outil parmi d’autres dans la boîte à outils du bonheur. Et bien non ! La conscience qui émerge lorsque l’on porte son attention sur le moment présent, sans juger ce qui se passe ou ce que l’on ressent, est un état incroyablement important à cultiver. Comme le dit Jon Kabat-Zinn, l’un des pères fondateurs de la méditation laïque avec son étude de la réduction du stress basée sur la pleine conscience : « les conditions idéales pour être dans le moment présent ne sont jamais réunies alors on ne l’est pas ». Nous traversons beaucoup de situations en pilotes automatiques, sans remarquer et savourer. La pleine conscience est un formidable outil de réduction du stress, comme en atteste le cerveau des méditants qui dès quelques séances réagit différemment aux stimuli négatifs (avec une intensité moindre) comme positifs (avec davantage d’effets dans la durée).

 

8/ Impossible de faire l’impasse sur l’auto-compassion

Vous êtes votre compagne principale alors tant qu’à faire autant vous apprécier au maximum ! L’auto-compassion n’est pas innée, elle non plus, et se travaille. Pour certains, j’en fais partie, elle n’est pas facile. Elle consiste à faire taire la petite voix critique à l’intérieur et à la remplacer par une voix encourageante, compréhensive, et aimante.
On peut s’y entraîner en célébrant nos réussites et petites victoires, en les consignant par écrit (dans un carnet dédié ou dans votre agenda).

 

9/ La gratitude englobe tout ça

Si j’en suis fan ce n’est pas pour rien ! Pratiquer la gratitude amène à prêter davantage attention au moment présent, à remarquer la joie que nous apporte autrui, à faire preuve d’humilité, à réciproquer les attentions reçues, à repérer de mieux en mieux ce qui nous rend heureux, et modifie nos habitudes cérébrales.
Vous vous y mettez ?

Être heureux est bon pour la santé !

  La personne en meilleure santé que je connaisse est mon amie S., diabétique et lourdement dialysée. Pourquoi est-ce-que je la considère en très bonne santé ? Parce qu’elle n’est jamais malade (d’autre chose), toujours en forme, et elle m’évoque la force et la résistance. Un peu comme mon grand-père, en rémission de leucémie depuis

Pré rentrée à l’école du bonheur

  J’avais adoré lire 3 kifs par jour il y a quelques années : je pratiquais déjà la gratitude et y avais découvert plein d’astuces pour être plus heureuse au quotidien. Et j’ai une belle collection de livres consacrés à la psychologie positive. J’ai donc sauté de joie en découvrant récemment que le célèbre MOOC « The

Objectif joie ! 

    Avez-vous pris des bonnes résolutions ? Moi non car je ne les aime pas beaucoup – elles me semblent trop figées. J’ai pour habitude de me livrer à des exercices introspectifs en fin d’année puis de réfléchir à ce que je veux être et surtout à ce que je veux ressentir l’année suivante.

Best of 2015

  L’année 2015 touche à sa fin et j’espère que vous profitez de cette période pour faire le plein de douceur et d’amour. Envers vous-même, avec du repos, des journées ralenties, du calme. Avec vos proches si vous avez le bonheur d’être entourés de personnes chères à vos coeurs. Je m’envole vers l’Amérique du Sud,