Comment être une mère zen

sarah-napthali3

Il est 15 heures, je viens de finir de déjeuner (froid) et je vais prendre une douche pendant que mon bébé dort dix minutes dans son transat. Je suis épuisée, je rêve de dormir plus de deux heures d’affilée ou de prendre un bain. Sortir pour acheter du pain est une pause salutaire car pendant 10 minutes je suis seule et je respire – tout en culpabilisant vaguement bien-sûr : et si ma fille se réveillait et voulait têter pile à ce moment-là ? Si vous avez eu des enfants, vous avez expérimenté ce tourbillon fou des premiers mois avec un nouveau-né. Heureusement que mon compagnon a été présent à la maison pendant les 4 premiers mois car je ne sais pas comment j’aurais tenu sinon. Franchement, c’est pour moi un mystère : comment font les autres femmes ?

Entre les blogs de mamans et les Instagrammeuses aux maisons aussi immaculées que leurs bambins, dur parfois de se rappeler que nos nuits blanches, nos cernes, nos purées renversées, nos salons en bazar sont la norme inévitable. Être parent est épuisant et c’est un challenge auquel nous sommes insuffisamment préparés. Et si la fatigue s’arrange avec les années, d’autres défis prennent le relais quand les enfants grandissent. Pour survivre, il faut une sacré dose de patience, de recul sur soi-même et de zénitude. Depuis 10 ans que je suis devenue maman je lis de nombreux livres consacrés à la parentalité : ils m’aident, m’accompagnent et me guident pour être la meilleure mère possible au quotidien et ne pas me perdre dans cette drôle d’aventure qu’est la maternité.

Comment être une mère zen, LE livre qui vous aidera

Je suis relativement proche du bouddhisme, d’un point de vue philosophique comme pratique. J’avais donc sauté sur ce livre au centre de yoga : son titre anglais (l’auteur est américaine) est Buddhism for mothers – a calm approach to caring for yourself and your children.
Il a été traduit par : S’occuper de soi et de ses enfants dans le calme. Bouddhisme pour les mères.

A remarquer que la traduction française a inversé le titre et le sous-titre. Ce livre traite de bouddhisme et de parentalité, il est important de le préciser. Si les termes de méditation, de présence, de conscience, vous sont familiers et que vous êtes parent, vous lirez ce livre avec plaisir et en retirerez beaucoup, comme ce fut mon cas. Si vous êtes non-pratiquants mais intéressés, la lecture vaut le coup également. Le livre est très concret et rend abordables beaucoup d’idées qui auraient pu paraître compliquées.

Je tiens également à préciser que le livre peut tout à fait être lu par des hommes  ! Il a été publié pour la première fois en 1967 et écrit par une femme qui était souvent seule en compagnie de ses enfants. Les couples parentaux aujourd’hui sont plus équilibrés dans la présence auprès des enfants et le partage des tâches – les pères sont davantage confrontés eux aussi aujourd’hui au manque de sommeil des premiers mois, et passent eux aussi du temps seuls avec leurs enfants quand les mères travaillent, tout comme du temps » parents ensemble + enfant(s) » évidemment.

sarah-napthali

Bouddhisme et parentalité

Je tenais à partager ce livre parce que j’ai beaucoup aimé cette lecture, qui m’a permis de mettre des mots et de la réflexion sur quelques situations que j’ai pu rencontrer. Je suis depuis plusieurs années de plus en plus portée par une pratique spirituelle qui me rapproche du bouddhisme. Par ailleurs, depuis la naissance, voire l’attente de mon premier enfant, j’avais beaucoup lu et réfléchi sur la mise en œuvre d’une éducation non-violente et d’une parentalité respectueuse. Ce livre m’a permis de faire se rejoindre deux champs de réflexion et d’expérimentation qui me sont chers.

Les promesses et possibles entrevus avec le bouddhisme correspondent aux aspirations qui naissent avec la parentalité : patience, compassion, maîtrise de soi et calme à toute épreuve. Mais aussi générosité, altruisme, bienveillance… que nous voulons apprendre à nos enfants. Il est donc très naturel pour des parents de se tourner vers le bouddhisme en tant que pratique spirituelle.
Par ailleurs, les émotions négatives que sont la colère, la frustration, et qui vont parfois jusqu’à la dépression, sont des états latents pour des parents confrontés à la fatigue.
Ce livre propose de se reconnecter à son moi intérieur pour plus de calme et de bonheur. Il est très loin d’un ouvrage théorique et s’applique à la vraie vie ! On se sent bien (mieux) à sa lecture et on a envie d’appliquer les conseils en considérant autrement non seulement son enfant ou la manière de l’éduquer mais soi-même. En tant que parent on apprend aussi à s’aimer avec nos moments de fatigue ou d’impatience et à les accueillir pour mieux les vivre.

Qu’est-ce-que le bouddhisme peut offrir aux mères ?

(traduction personnelle de la page 9 de l’édition en anglais « What can buddhism offer mothers ? »)
« Imaginez une mère calme et sereine qui accepte tout ce que la vie met face à elle. Les évènements inattendus ou indésirables ne l’agitent pas. Elle ne réagit jamais exagérément. Elle est consciente des moments au cours desquels elle manque de sagesse ou de compassion mais ne gâche pas ses journées à se sentir coupable – elle fera mieux la prochaine fois. (…) Ses amis disent d’elle qu’elle est agréable et gentille de façon authentique. Ses frères et soeurs ajoutent qu’elle réfléchit posément et et est douée pour prendre des décisions calmes. Elle semble mettre les autres à l’aise, les faire se sentir vus et écoutés, et rares sont ceux qui ne l’apprécient pas. Ses enfants se régalent en sa compagnie car elle les fait se sentir importants et compris. Elle est créative, spontanée, et rit facilement parce que quoi qu’elle fasse, la vie est plus un jeu qu’un labeur.
Le bouddhisme peut nous aider à ressembler davantage à cette mère, à devenir une mère plus heureuse. Cela prend du temps mais avec de la compassion et de la patience envers nous-mêmes – plutôt que des reproches et de la culpabilisation – nous nous rapprocherons de cet idéal en approfondissant notre pratique. Cela ne signifie pas que le bouddhisme créera une multitude de clones de mères parfaites – il y a des millions des façons d’être cette mère plus heureuse en honorant l’individu unique que vous êtes.  »

Table des matières

(je traduis les intitulés de l’ouvrage en anglais)

1/ Bouddhisme et maternité
2/ Elever ses enfants en conscience
3/ Trouver le calme
4/ Gérer la colère
5/ S’inquiéter pour ses enfants
6/ Créer des relations aimantes
7/ Vivre avec un conjoint
8/ Trouver le bonheur et lâcher l’image de soi
9/ Méditer
10/ Mettre en pratique

Pour l’acheter

en anglais : Buddhism for Mothers
en français : S’occuper de soi et de ses enfants dans le calme – bouddhisme pour les mères.

Comprendre votre chat : tous les secrets

  C’est le soir, on s’assied avec de gros bouquins sur les canapés et immanquablement le chat bondit à côté de moi. Je me raidis un peu, l’ignore, et me demande pourquoi il s’approche davantage. Je ne suis PAS une fille à chats et j’ai beau le trouver sympa, je n’ai pas spécialement envie qu’il

Pourquoi effectuer une cure de raisin ?

  Un automne puis un hiver entier sans le moindre rhume. De l’énergie à revendre malgré les frimas et les jours qui raccourcissent. Un teint frais et clair alors que le bronzage est définitivement parti. Voilà qui fait rêver alors que je suis patraque et que j’ai déjà eu mon premier rhume de rentrée !

Jeu-concours « Les vertus de l’échec »

Quel est le point commun entre J.K Rowling, Steve Jobs, Roger Federer ou Darwin ? Ils ont connu l’échec, comme beaucoup, et su persévérer pour atteindre le succès. Sans souhaiter nécessairement devenir l’un.e d’eux, on a tou.te.s intérêt à changer de regard sur l’échec, l’erreur, le foirage, pour les intégrer comme partie d’un processus qui

Dimanche sur le web, 7

  On l’attendait depuis longtemps, et il a enfin frayé son chemin parmi la grisaille et le froid : le premier dimanche ensoleillé est arrivé ! J’espère que des journées similaires lui succèderont car j’ai hâte d’un beau printemps, envie de lumière, de chaleur et de renouveau.   En ce dimanche donc, j’ai quelques beaux