10 joies diverses, 10 joies d’hiver

joies d'hiver

Hier soir je parlais d’automne avec quelques amies, qui m’évoquaient avec enthousiasme leur amour pour les balades en forêt et la compote de coings. Certes mais toute trace d’été indien a officiellement disparu et pour ma part je ne sors plus me promener sans rentrer ensuite les joues rosies de froid. Techniquement ce n’est encore pas vrai mais je décrète l’hiver là – d’ailleurs l’imper et la veste en jean ont été remplacés par un manteau cette semaine.
Voici mes 10 plaisirs de l’hiver qui s’annonce, 10 trucs sympas à faire enfin…

 

1/ S’habiller chaudement

J’adore passer les quelques mois d’été en robe ou short et sandales mais j’aime aussi beaucoup quand l’hiver arrive (en fait je ne suis pas contrariante). Il y a un côté réjouissant à sortir ses gros pulls, à superposer les épaisseurs, remettre des bottes, porter des grosses chaussettes chez soi, ré-assortir ses gants à son bonnet. On se couvre pour aller dehors, on se découvre chez soi et ça marque bien la transition entre l’extérieur et l’intérieur.
J’aime la laine et les matières chaudes, les écharpes enroulées trois fois autour du cou, les collants imprimés.

2/ Ré-organiser son intérieur

Justement, en hiver on passe plus de temps chez soi. Quand il fait froid on hésite parfois à sortir et on opte plus volontiers pour des séances de cocooning. Mais quitte à rester à la maison, autant que ce soit avec plaisir. Je profite du moment où se rangent les vêtements d’été et se ressortent ceux d’hiver pour faire un grand tri : le pendant automnal du ménage de printemps. Ce qui n’a pas été porté depuis au moins un an est donné, les objets cassés sont réparés ou partent, idem pour la vaisselle dépareillée et les trucs « en trop » en tout genre. J’aime bien faire de la place, c’est le feng shui de la Toussaint.
Je trouve que l’on dort mieux peu vêtu et sans (trop de) chauffage la nuit, alors dans la chambre je ressors la couette épaisse, je rajoute un plaid tout doux et pour l’ambiance je m’offre de nouvelles bougies bios qui brûleront pendant que je bouquine au lit.

3/ Ecouter de la musique

Une fois au chaud et dans un espace serein, mon plaisir numéro 1 est d’écouter de la musique en boucle, de préférence des disques instrumentaux.
Mon album préféré du moment vient de sortir, il illustre cet article et s’appelle Flash Memory du groupe 117 Elements. C’est pop, jazz, électro, intelligent, joyeux, j’aime beaucoup. Je les ai vus l’été dernier à Paris et j’attends avec hâte le concert de sortie de l’album. Si vous ne les connaissez pas, je vous invite à découvrir leur site pour écouter des extraits, à vous abonner à leur page Facebook et surtout à acheter leur disque !

4/ Faire des piles de livres

L’hiver est aussi LA saison pour lire, dans la série des activités à faire au chaud. Sous la couette, sur le canapé ou les deux à la fois, commencer un nouveau livre avec l’intention de le lire d’un bout à l’autre est un des grands plaisirs des soirées d’hiver, ou des dimanches gelés qui arriveront bientôt.
Il y a quelques semaines j’ai passé un dimanche dans un bed and breakfast à lire Not That Kind of Girl: A Young Woman Tells You What She’s « Learned » de Lena Dunham (la créatrice de la série Girls sur HBO) en riant, partageant à voix haute les passages les plus jouissifs. Si vous lisez l’anglais je vous le recommande et il est sorti en français sous le même titre également (ici : Not that kind of girl)

J’ai aussi hâte d’acheter le dernier ouvrage de Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux. Et il y a pas mal de bouquins qui attendent leur tour sur ma table de nuit…

5/ Tricoter

Il y a 10 ans je me demandais si ça faisait «mamie» et je ne tricotais pas en public. Désormais je n’éprouve aucune gêne à sortir mes aiguilles dans le train !

Curieusement je ne tricote qu’en hiver, et de préférence des accessoires qui se confectionnent en quelques soirées : bonnets pour enfant, écharpes, snoods, mitaines pour militants et éventuellement des vêtements pour les bébés récents de mon entourage. Je n’aurai jamais la patience de me faire un pull et passé trois ans mon fils n’a pu compter que sur sa grand-mère et son arrière grand-mère pour de jolis chandails. En tout cas chaque année le 1er novembre au plus tard il y a un tricot en cours sur mes aiguilles. Cette saison je commence par moi et un snood à mi-chemin entre les damiers de celui-ci et la couleur de celui-là.

6/ Préparer Noël

J’adore Noël. Parce que j’aime l’hiver, faire des cadeaux, et probablement aussi pour les souvenirs d’enfance que je chéris encore. Il y a chaque année un sapin chez moi : connaissez-vous ce principe des «vrais» sapins livrés à la maison et qui sont repris et replantés ensuite ? Je ne vais pas tarder à commander le mien car je tiens à ce qu’on le décore dans les tout derniers jours de novembre cette année.
Pour Noël j’anticipe les cadeaux des mois à l’avance, par anti-consumérisme. Je n’aime pas trop «faire» les boutiques et je suis opposée au fait d’aller dans des magasins en cherchant des choses à acheter. Je préfère repérer des cadeaux à l’avance et les stocker et je prépare évidemment pas mal de trucs moi-même. Soeur et amies ont des tricots souvent, je suis assez douée en albums photos et j’ai tendance à me rappeler très longtemps d’avoir étendu quelqu’un souhaiter quelque chose.
J’aime bien faire plaisir aux gens que j’aime 🙂

7/ Manger… du potimarron

Il est tout rond, il est bon, il est mignon. J’adore le potimarron sous toutes ses formes : en purée, en gros morceaux dorés au four, en soupe, en smoothie avec de la banane et de la cannelle. Je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’en évider un vendredi pour un mini Halloween en solo, d’autant que j’ai déjà consommé mon potimarron hebdomadaire !
Je l’achète bio parce que c’est plus sain et plus simple : pas besoin de l’éplucher. En général je le coupe en deux pour évider les graines, puis en morceaux que je fais cuire à l’étouffée. J’en mixe une moitié pour faire de la purée, à consommer telle quelle ou en garniture d’une tarte au potimarron. La seconde moitié sera consommée liquide le plus souvent : en velouté ou en smoothie.
Quand j’ai du temps et l’envie d’innover je me replonge dans le livre Variations potimarron de Cléa avec ses madeleines, ses chaussons, des gâteaux et autres délices orangés.

8/ Boire… un thé qui réchauffe

Mon obsession l’an dernier était un thé citronné au gingembre et à la cannelle, le genre de boisson épicée qui réchauffe, à l’efficacité du grog sans ses effets secondaires. L’année précédente je crois avoir carburé au Yogi Tea au chocolat, sans théine donc à boire à toute heure, redoutablement gourmand et addictif.
Je n’ai pas encore trouvé mon thé fétiche de la saison. Je pense partir à la recherche d’un Earl Grey au thé vert pour les premières moitiés de journées, et je suis preneuse de suggestions pour les soirées.

9/ Trouver des rituels d’hiver

J’ai récemment commencé à tester une nouvelle habitude : la méditation sur canapé : le matin je me réveille, m’enroule dans un pull et une couverture et je m’assieds sur le canapé pour méditer. Au début j’avais envie de me rendormir, puis je me suis mise à trouver ça sympa et douillet. Ca m’a rappelé que n’importe quel lieu ou moment pouvait être mis à profit pour méditer et je crois que ces séances matinales deviennent pour moi plus importantes que celles du soir. C’est bien de changer.

10/ à suivre

Et si cette liste n’était pas bouclée ? Et si on savait pas encore ce que l’hiver va révéler de bon ? Plus tout va bien plus j’ai envie de croire que le meilleur est à venir. Ëtre heureux est un choix que l’on fait chaque jour.
J’ai quand-même quelques idées : dans quelques semaines j’organise un Thanksgiving végétarien, et je commence réfléchir à des petits rituels pour décembre. Coeur Corps Tête est né en janvier dernier, et ce sera notre premier Noël ensemble, je m’en réjouis déjà…

 

 

%réponses% à 10 joies diverses, 10 joies d’hiver

  1. Lire tes joies d’hiver m’évoque tellement les miennes aussi, que ça me met en joie rien que d’y penser! Et surtout me rappelle que je n’ai pas dernièrement pris le temps de penser à tous ces bons moments qui m’attendaient cet hiver, pourtant, les anticiper procure au moins autant de joie!
    Pour te remercier, j’ajouterai donc une de mes joies : mon trajet vélo pour aller travailler qui se transforme petit à petit : découvrir le matin la plage encore dans la pénombre et la douce écume des vagues qui luit dans la nuit , et goûter à la quiétude de la digue encore déserte; et le soir, rentrer par le port, joliment éclairé, et apprécier la joie d’être sereine et heureuse sur mon vélo!

Laisser un commentaire