Choisir le bonheur

florence servan-schreiber

Il est possible d’apprendre à être plus heureux, si on en fait le choix. C’est l’un des postulats de départ du programme de 12 semaines, crée par Florence Servan-Schreiber et mis en ligne (gratuitement) en partenariat avec la marque Gayelord Hauser*.
J’aime beaucoup Florence Servan-Schreiber, dont je parle régulièrement ici et après l’avoir lue j’étais curieuse de la voir « en action », dans son rôle de professeur de bonheur.

Comment ça marche ?

Je me suis donc inscrite avec enthousiasme à ce programme, et ai reçu chaque semaine un mail m’invitant à aller lire un petit texte ou regarder une brève vidéo assortie de conseils et consignes de mise en oeuvre, sur une thématique différente à chaque fois. En ligne il était possible de laisser des commentaires et échanger avec d’autres internautes sur son expérience, mais je n’ai pas utilisé cette fonction de forum.

Parce que j’ai trouvé ça vraiment chouette, je vous invite grandement à suivre vous aussi cet enseignement ainsi qu’ à aller faire un tour sur le site de Florence Servan-Schreiber. Sa newsletter hebdomadaire est un de mes plaisirs du vendredi !

Et pour entrer dans le vif du sujet :
Comment s’épanouit-on ? Comment cultiver le bonheur dans sa vie et la savourer davantage ?
Voici résumé en 12 étapes (une par semaine) mon tour d’horizon de ces questions.

1/ Comment être plus heureux ?

L’interprétation que nous faisons de ce que nous traversons conditionne la manière dont notre cerveau y réagit.
En répondant à quelques questions (test : mesurer son bonheur) je réalise qu’objectivement, je suis heureuse et satisfaite. Je m’en doutais évidemment mais là c’est noir sur blanc – ou plutôt en pixels colorés sur l’ordinateur. Je connais ma capacité à voir le verre plus plein que vide mais néanmoins je ne peux m’empêcher d’être touchée : oui, j’ai de la chance de savoir poser ce regard satisfait sur ma vie. Pas parce qu’elle serait extraordinaire mais parce qu’elle est mienne et qu’elle me va. Il n’y a pas grand chose que je changerais si je devais recommencer à zéro. Malgré des drames, des deuils, des malheurs, je suis arrivée LÀ. Il est très important de parvenir à considérer que notre ici et notre maintenant constituent l’endroit où nous devons nous trouver et qu’ils sont à ce titre parfaits. Accepter n’est pas se résigner mais faire avec : avec nos circonstances, avec ce qui est, pour en tirer le meilleur.

2/ Le rapport d’étonnement

Nous sommes invités à explorer notre capacité à remarquer ce qui nous entoure et ne pas vivre tous sens fermés. Les enfants remarquent un nuage en forme de mouton, s’étonnent du piaillement différent d’un oiseau… comment pouvons-nous également être plus éveillés à notre environnement et nous laisser surprendre par ces petites choses qui font le sel de la vie ?
Je l’avais testé lors d’une balade avec Florence qui nous avait incitées à photographier ou noter ce qui nous amusait ou attirait notre attention : j’ai en mémoire des souvenirs aussi variés qu’un couple de joggueurs attendrissant, une enseigne de café rigolote, un graffiti éphémère sur une façade, le nom d’une rue qui m’évoquait une amie…. plein de petites choses à côté desquelles je serais passée sans la consigne de me laisser étonner.
J’ai depuis définitivement adopté cette attitude plus curieuse et attentive aux petits étonnements du quotidien !

3/ Savourer la vie

Et si l’on apprenait à porter un regard chanceux sur ce que l’on traverse au lieu de céder à notre tendance d’être humain habitué à tout ? En réalisant ce que l’on a déjà on remarque moins ce qui nous manque(rait).
Dans la continuité du rapport d’étonnement, il est suggéré de repérer les synchronicités, ces petites choses magiques qui nous amusent et nous épatent.
Les devoirs de cette semaine consistent en une liste « Je suis heureuse de ne pas… » / « Je suis heureuse de…  » pour savourer la chance de nos vies privilégiées, en santé, avec un toit sur la tête, une famille…
Pour moi c’est une habitude déjà acquise et j’en profite pour réfléchir à ce qu’elle m’a apportée en termes de satisfaction et de bonheur.

4/ Les jolies choses

Trois par soir, tous les soirs, tiens, ça ce sont les kifs  ! Je les pratique depuis longtemps désormais et j’aurais bien envie de moi aussi les pratiquer en groupe. Peut-être lors de prochaines vacances en famille, tenter d’instaurer la gratitude au dîner en demandant à chacunE : quelles sont 3 choses qui t’ont rendu heureux/se aujourd’hui ?
En attendant je poursuis mon exploration de la gratitude et je m’astreins à la transmettre : cette semaine j’en parle à deux nouvelles personnes, tente d’y inciter mon fiancé et j’écris sur le sujet pour Zentonik.

5/ Comment soigner ses relations ?

Les gens les plus heureux ont des relations riches et satisfaisantes, ils passent moins de temps seuls. Nous avons besoin les uns des autres pour vivre et pour nous s’épanouir. Amour – romantique, amical, familial – mais aussi échanges sociaux avec nos voisins ou collègues : les relations humaines sont importantes pour notre bonheur.
Je n’ai pas de rituel fixe, quotidien ou hebdomadaire, amical ou familial mais les gens avec lesquelles je suis heureuse deviennent prioritaires. Je passe beaucoup de mes vacances en famille parce que leur compagnie me réjouit.
Cette semaine je cale pour début août quelques jours à Londres pour aller rendre visite à mon ami Philippe, un séjour trop longtemps reporté. Je vais m’en réjouir par anticipation pendant 3 semaines…

6/ Apprendre à respirer

Cohérence cardiaque, yoga, sophrologie… de nombreuses pratiques permettent de travailler notre respiration. Une fonction si primaire que nous l’oublions et la pratiquons sans nous en rendre comte. Pourtant, prendre régulièrement conscience de sa respiration fait du bien et détend profondément l’organisme tout entier.
Je le remarque avec la méditation, qui commence toujours pour moi par un recentrage sur le souffle. C’est essentiel pour entrer en connexion avec soi-même. Il y a également la respiration 4 – 7 – 8, que je pratique pour m’endormir quand le sommeil ne vient pas en deux minutes.
C’est parti, je me décide à essayer la cohérence cardiaque par séquence de 5 minutes. Devant l’ordinateur ça me plaît bien, avec une animation rythmée. Je m’imagine faire ça avant de travailler… pourquoi pas.

7/ Faire du bien autour de soi

Tout ce qui nous rapproche des autres nous rend plus heureux… mais a également des bénéfices sur notre santé. Les actes de gentillesse sécrètent de la dopamine dans notre organisme lorsque nous les réalisons.
Offrir une boîte de chocolats nous rend plus heureux que de les manger (si, si). Et vous pouvez choisir de les partager 🙂
Pourquoi ne pas planifier une semaine de gentillesse et de générosité : bonnes intentions ou actions, politesse, coup de fil amical ? Se placer volontairement dans des actions positives nous permet d’en profiter davantage et de mieux savourer les connexions ainsi créées.

8/ Ne dire du mal ni de soi ni des autres

Aïe, le fameux parler positif. Car ce que nous disons, comme ce que nous pensons, transforme et façonne notre réalité.
On propose ici de remarquer les moments où l’on se critique, se prend en flagrant délit de ne pas s’aimer et de rectifier la pensée ou la phrase négative. Le manque d’amour de soi est quelque chose que je repère bien chez les autres, j’essaie de les encourager -diplomatiquement- à faire autrement, mais il m’est moins confortable de l’explorer de mon côté.
De la même manière, il y a beaucoup à gagner quand on renonce à critiquer, blâmer ou colporter. Vous pouvez adopter l’attitude fière qui consiste à décider « ma parole est trop précieuse pour que je l’utilise négativement » ou « les mots désagréables ne passeront pas par moi ». Ca vous démangera peut-être au début mais la persévérance vaut le coup, et je vais m’y remettre aussi 🙂

9/ Apprendre à organiser son soutien

Comment s’appuyer sur les autres pour mieux accomplir nos projets en étant soutenus, encouragés et admirés ? Quelles sont les personnes qui nous renvoient une image positive de nous-mêmes ? Et savons-nous également porter un regard positif sur nos proches, les aider à s’accomplir ?
J’approuve grandement cette incitation à fuir les énergies négatives et se tourner davantage vers celles et ceux qui nous aident à grandir. La carte qu’il est proposé de réaliser me plonge dans de grandes interrogations…

10/ Créer votre guirlande favorable

Un intitulé mystérieux pour une enquête très simple : identifier nos coups de chance et de pouce. Qui nous a aidé, quand et comment ? La vie est tellement bien faite que plus on est aidé, plus on est soi-même disposé à aider les autres. Un système gagnant – gagnant pour peu que l’on n’interrompe pas cette chaîne (ou guirlande) de solidarité, générosité ou gentillesse.
Cet exercice m’inspire quelques mercis, la gratitude n’étant jamais bien loin 🙂

11/ Gagner en plaisir au quotidien

Connaissez-vous les expériences qui vous rendent heureux, les activités qui vous énergisent, vous donnent l’impression d’être vivant et épanoui ? Une fois repérés, ces moments sont à planifier aussi régulièrement que possible, pour bénéficier du plaisir et du bonheur qu’ils nous apportent.
Sport, cuisine, balade, cours de quelque chose qui vous plaît, ou bain du dimanche soir ? Ne vous privez surtout pas de ce qui vous rend heureux mais au contraire faites-le souvent !

12/ Tableau de 21 jours pour choisir le bonheur

On dit souvent qu’il faut au cerveau 21 jours pour adopter une nouvelle habitude. Parmi toutes ces possibilités, lesquelles retenir ? Y a-t-il deux ou trois outils dans cette gamme d’exemples qui gagneraient à être définitivement mis en place pour créer plus de bonheur dans votre vie ?
Pour moi, instaurer la méditation comme pratique régulière a été un grand changement il y a quelques années de cela. Cet été j’ai repris le goût de la lecture de romans, et découvert qu’ils nourrissent mon imaginaire – ça faisait longtemps que seuls des essais occupaient ma table de nuit. Je vais faire de la place à la lecture dans mes soirées. Et reprendre des cours de yoga à la rentrée…

* Gayelord Hauser est une marque de la société Distriborg, qui appartient au groupe néerlandais Royal Wessanen – entreprise agro-alimentaire spécialisée dans la fabrication de produits issus de l’agriculture biologique.

N’oubliez pas de laisser un commentaire pour me dire ce que ce billet vous inspire.
Vous connaissez quelqu’un qui pourrait choisir le bonheur ? Partagez cet article sur les réseaux sociaux si vous pensez que ces conseils pourront être utiles à d’autres que vous. Merci de m’aider à diffuser une vie plus saine et plus heureuse 🙂

%réponses% à Choisir le bonheur

Laisser un commentaire