Citation du lundi : que le rêve dévore votre vie…

« Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore votre rêve. »

Antoine de St Exupéry

 

C’est une phrase qui fait sourire.

Est-ce-que vous l’avez lue en souriant, parce qu’elle vous semble naïve et enfantine, phrase de ceux qui ont le luxe de rêver – rêvasser ?

Ou est-ce-que vous l’avez lue en souriant parce que, oh oui, comme les rêves sont grands quand la vie ne les dévore pas, quand on les cultive, les arrose, quand on les laisse pousser ?

 

Il existe un exercice super quand la vie paraît trop étriquée, quand elle dévore les rêves et nous rétrécit avec. Isolez-vous, trouvez un moment de solitude et de tranquillité, avec un petit peu de temps devant vous. Prenez une feuille et un stylo… respirez un grand coup et notez vos rêves. Peut-être sont-ils très présents à votre esprit mais il est possible que l’exercice soit difficile, que vous ne sachiez pas spontanément identifier quels sont vos rêves. Parfois ce sont des rêves d’enfant, ce métier que l’on imaginait, cette passion qu’on a perdue faute de temps mais que l’on aimerait retrouver. Ou des rêves plus tardifs, venus avec l’âge adulte, des rêves de voyage, des rêves d’amour, des rêves de projets. Ecrivez-les. Idéalement, ce sont des rêves tellement grands que nous n’osez pas les noter ; rien que d’y penser, vous en êtes presque gênéE… vous jetterez ou cacherez ce papier.

Pourtant, alors que vous vous les formulez timidement, ces rêves font naître une grande sensation de bien-être et de liberté, comme si un espace se créait. C’est dans cet espace que l’on trouve l’envie et le courage de les poursuivre. C’est là que naît le « et si en fait… ».

 

Je vous souhaite ardemment de courir après vos rêves, de les attraper, pour qu’ils dévorent votre vie à pleine dents, aujourd’hui ou demain.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.