Du bonheur de se lever tôt

Plage - matin

Oui, ce titre est une provocation. Moi-même il n’y a pas si longtemps j’aurais rigolé et rétorqué : passe ton chemin, grande folle, tu ne me convaincras pas ! Car comme tout le monde ou presque, j’aime dormir, j’ai passionnément fait des grasses-matinées depuis une quinzaine d’années. Et j’adore mon lit : j’y lis, j’y écris, j’y travaille, j’y regarde des séries, c’est parfois le meilleur endroit au monde.

 

L’été dernier j’ai été amenée à me lever tôt pendant les vacances car j’ai enchaîné un stage intensif de yoga (lever 7h00 pour se préparer avant la séance de pranayama de 7h30) puis une retraite de méditation vipassana (lever 6h pour ma tâche assignée de coupeuse de tartines pour le groupe). Ca m’a coûté, mais j’ai aimé ces journées qui démarraient tôt et l’impression de vivre davantage qui les accompagnait. Depuis, mes couchers tardifs, mes réveils embrumés, ma tendance à me préparer en retard et comme une furie n’ont plus eu le même goût et j’ai pris clairement conscience de foirer quelque chose, matin après matin.

 

Début novembre une lecture de blog m’a incitée à me lever tôt pour améliorer mes journées. Je n’ai pas réussi. Jour après jour je me suis rendormie, par tranches de 9 minutes (pourquoi l’IPhone sonne-t-il toutes les 9 minutes ?!) voire d’une heure, j’ai continué à être en retard, à houspiller mon fils qui traînait aussi et jour après jour je m’en suis voulu de ne pas être fichue de, tout simplement, me lever le matin.

Puis doucement au bout de deux mois quelque chose a changé et « ça » marche. Désormais je mets mon réveil à 6h45 le matin mais je suis généralement réveillée à 6h30 et je me lève alors de moi-même \o/ Cela me laisse 45 à 60′ avant que ne se réveille mon fils.

 

Voici ce que je fais :

je bois un citron chaud

je retourne dans ma chambre méditer 5 minutes ou en cas de flemme je reste dans la cuisine au calme quelques minutes

je prépare le petit-déjeuner de mon fils

je prépare mon sac si j’ai besoin d’emmener mon ordi ou des dossiers en cours

je déroule mon tapis de yoga pour une séquence d’environ 15 minutes

… en général ça réveille mon fils qui vient se mettre dans mes jambes pour me chatouiller dans une posture à tenir:-) sinon je prends une douche et vais le réveiller ensuite

 

Profiter pleinement de mon petit pendant l’heure avant l’école est l’amélioration la plus notable de mes journées. Si il n’est pas avec moi, j’en profite pour prolonger le yoga matinal (45′) et planifier ma journée et ma « liste de tâches » avant de partir… un gros gain de sérénité là-aussi.

 

Et parce que le succès de toute initiative réside dans sa préparation, je m’emploie le soir à me préparer un réveil agréable le lendemain (exit la vaisselle sale qui t’accueille dans la cuisine) et je tente d’arrêter toute activité informatique à 22h. Il m’arrive quand-même plus ou moins fréquemment d’être scotchée à une série, d’avoir du boulot urgent, ou de rentrer par le dernier RER… Je me dis alors qu’il n’est pas utile de devenir la personne la plus sage ou la plus ennuyeuse au monde pour adopter des routines de mieux-être, et j’essaie de doser avec bienveillance écarts et excès.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.