Comment éviter de se lasser du bonheur

Eviter de se lasser du bonheur-pinterest

 

A priori c’est absurde : qui serait assez bête pour se lasser du bonheur ? Mais pourtant quand on y regarde de plus près les faits sont là : nous négligeons ce qui nous rend heureux, nous nous habituons trop vite aux émotions et situations positives, nous cherchons ce qui nous rend insatisfaits… bref nous ne prenons pas assez soin de notre bonheur.

 

L’adaptation hédonique

Savez-vous que même ce que l’on a attendu et espéré nous réjouit bien moins longtemps qu’on ne l’escomptait ? Des études menées par Sonja Lyubomirsky et présentées dans le MOOC The Science of Happiness me l’ont appris. C’est ce que l’on appelle l’adaptation hédonique : notre désespérante capacité à nous habituer à ce qui nous rend heureux, au point de nous en lasser. Vous l’avez certainement déjà observé, non ?
Dans sa version consumériste, c’est le comportement classique de l’acheteur effréné mais aussi plus généralement d’une société obsédée par la poursuite de biens matériels.
Dans la vie quotidienne, c’est notre tendance à prendre pour acquis ce et ceux qui nous entourent. Si certains vont jusqu’à changer de conjoint tous les 3 ans quand la passion initiale retombe, beaucoup d’entre nous oublient que les relations amoureuses comme amicales s’entretiennent.

 

La recherche vaine de grands moments

Il est également prouvé que les circonstances particulières que nous semblons souvent attendre (« j’irai mieux quand je serai en vacances ») n’ont pas les super-pouvoirs imaginés. Si on découpe le bonheur en tranches, seuls 10% de celui-ci provient des évènements de notre vie. Ainsi, ce n’est pas tant ce qui se passe qui nous rend heureux mais la manière dont nous choisissons d’y réagir.
Une étude déprimante sur le mariage parvient au constat suivant : rétrospectivement, une majorité de couples interrogés se déclare plus heureuse par anticipation du mariage en question que par la suite. Plus précisément, la joie du jour J « retombe » en quelques mois (6 à 24 dans la majeure partie des cas).
Heureusement il y a des solutions ! Déjà ne pas s’endetter pour se marier 😃 mais surtout tâcher de comprendre ce que nous attendons de ces grandes occasions. Nous passons parfois beaucoup de temps à anticiper un futur radieux au lieu d’améliorer et savourer le présent.

 

QUE FAIRE ? 

 

Casser les routines

Nous les êtres humains adultes avons une tendance à l’ennui. La monotonie de journées répétées s’installe, et avec elle une légère grisaille intérieure. Ni une ni deux, au lieu d’en vouloir à votre trajet en bus quotidien ou vos collègues chiants, vous vous mettez à rêver d’une moto rouge, d’une semaine aux Caraïbes ou d’une nouvelle compagne (je prends des exemples masculins pour mieux montrer l’absurdité du raisonnement). Il est tout à fait possible d’acheter une moto, de partir une semaine au soleil ou de refaire sa vie. Mais comme vous commencez à le comprendre ça ne rend pas forcément plus heureux : une fois rentré de vacances avec sa nouvelle compagne et sa moto au garage, l’humain s’ennuiera à nouveau de prendre le bus tous les matins pour retrouver ses collègues chiants.
La solution : casser les routines ! Faites un détour sur votre trajet en descendant du bus une station plus tôt : ça fait un peu de sport et ça offre du changement. Marchez sur le trottoir opposé et remarquez la différence de point de vue sur votre balade. Cessez de commander le même plat au restaurant, cette salade César ne va pas vous surprendre ce midi. Portez un vêtement ou un bijou pimpant. Regardez un documentaire sur un sujet auquel vous ne connaissez rien, plutôt qu’une rediff de la saison 3 de Grey’s Anatomy. Allumez la radio et remplacez la musique par France Inter ou RFI, il est impossible d’être familiers de tous les sujets abordés.

 

Pratiquer la gratitude`

Celle-là on y revient toujours 😃 La gratitude ce n’est pas juste dire merci à tout bout de champ, mais plutôt la capacité à reconnaître et apprécier les moments chanceux ou heureux.
Un exercice là tout de suite ? Faites une pause, et repérez mentalement trois raisons de vous réjouir – cette place laissée dans le métro par un voyageur sympa, le café prêt au bureau, la copine au téléphone qui vous a redonné le sourire pour la journée.
Pour aller plus loin : ce billet sur la gratitude, l’ouvrage 3 kifs par jour ou mon programme Gratitude. Plus vous offrirez à votre cerveau la possibilité d’éprouver des émotions positives, plus vous renforcez sa capacité à repérer la joie.

 

PS : En hiver, la dépression saisonnière est aussi à l’origine d’humeurs maussades. Faites-vous prescrire de la vitamine D et sortez autant que possible, avec un bonnet bien chaud.

 

Est-ce-que vous éprouvez de la lassitude ou de l’ennui ? Si cet article vous parle, mettez-le en pratique ! Partagez-le, il intéressera quelqu’un parmi vos amis !

 

 

 

Laisser un commentaire