Lâcher les résultats

lampions-bouddha

 

Hier soir alors que je réfléchissais j’ai ouvert un de mes livres de chevet  pour tomber sur un texte qui disait, en gros « Lâcher les résultats. Tu ne peux pas te tromper si tu t’en remets à plus grand que toi. » 

On a tendance à oublier que c’est vrai. Je crois que j’ai commencé à l’automne dernier à abandonner un peu de contrôle et surtout à envisager que les changements dans ma vie ne dépendaient pas (que) de moi. The bigger plan. C’est un processus pas évident, croyez-moi 🙂 Depuis quelques mois je suis plus à l’aise avec cette attitude de lâcher prise. J’essaie de savoir ce que je veux, sans trop me focaliser sur les détails, et je le laisse arriver – en me contentant de ne pas agir de manière à l’empêcher. C’est ce qu’on appelle visualiser, ou manifester. 

Au printemps dernier en Asie, je me suis rendue un matin dans un temple pour méditer. Plus que toute autre fois j’ai eu l’impression d’être transportée par la grâce qui irradiait en ce lieu. C’était au lever du jour et c’était magnifique d’être là à regarder les gens qui venaient prier, d’être au milieu de toute cette énergie spirituelle. Je me souviens avoir été touchée jusqu’aux larmes et avoir eu l’intime conviction – ou l’intime espoir- que quelque chose dans ma vie allait changer. Ce fut le cas. 

Je pense que certains efforts sont épuisants et inutiles, et que la bonne attitude se situe dans la capacité d’accueil la plus ouverte possible. Deux mois après cette expérience de temple coréen, je fais ces jours-ci ma première pause spirituelle de la saison, en retraite de deux jours. C’est une autre manière de se connecter à soi, sans attente, sans espoir particulier ou exigence de résultat, mais juste pour accueillir et honorer ce qu’il y a à vivre au cours de chacune de ces heures. 

Je vous souhaite un beau week-end. 

 

Laisser un commentaire