Plus je dors, mieux je vis

oreiller-rose

Cette dernière année je suis redevenue une grosse dormeuse. Ce n’est pas toujours évident à organiser quand je fréquente des couche-tard qui me proposent plein de sorties, mais ça m’est extrêmement bénéfique.

 

Enfant et ado, je dormais très bien, ayant eu la chance d’être éduquée avec des horaires réguliers et fermes : je suis longtemps allée au lit à 20h30 puis 21h. Quand les années lycée sont arrivées, il a fallu me lever tôt (6h) et je me souviens alors m’être entraînée à diminuer petit à petit mes heures de sommeil, ayant l’impression d’optimiser mon temps ainsi. Cette recherche du moins de sommeil possible a continué pendant mes années d’études et mon début de vie professionnelle. J’ai commencé à considérer le sommeil comme un bien précieux (et rare !) quand mon fils est né.

 

Il y a quelques mois, remarquant que je pouvais me trouver assez en forme tôt le matin si j’avais assez dormi, j’ai commencé à réfléchir à mon sommeil et à l’observer. De toute évidence j’étais constamment fatiguée. Toujours couchée tard, sans forcément de raison très valable et souvent levée en retard, avec des débuts de journée peu efficaces. J’ai donc amorcé un changement : désormais je me lève un peu plus tôt, en m’étant couchée réellement plus tôt. Ainsi je dors davantage et je m’en porte bien mieux.

 

Voilà ce que j’ai appris sur le sommeil :

 

1/ Pour être en bonne santé, dormir compte autant bien manger.

Manger bio et sainement ne suffit pas à être en forme si l’on ne dort pas assez. Il y a de grandes similitudes entre l’alimentation et le sommeil : ils nous sont vitaux et nécessitent tous deux une grande régularité. Dormir ou manger de façon anachronique cause beaucoup de stress au corps, qui ne sait jamais quand est-ce-que la nourriture va lui arriver, ni quand est-ce-qu’il sera au repos.

Le corps a besoin en général de huit heures de sommeil, parfois neuf, parfois sept, mais jamais seulement cinq ou six. Vous ne vous privez probablement pas de repas faute de temps (ou alors ce n’est pas bien!), alors accordez-vous aussi le sommeil qui vous est nécessaire.

 

2/ Pour avoir bonne mine, le sommeil compte autant que l’hydratation.

Eau et dodo ont en commun de reposer nos traits. Pour ne pas ressembler à un pruneau ridé, il est tout aussi bénéfique de s’hydrater que de dormir suffisamment. Le teint frais et le visage sans cernes que vous arborez en vacances peuvent être conservés ou retrouvés dans la vie réelle de tous les jours. Depuis que j’ai bonne mine, les gens remarquent quand je suis fatiguée et me demandent si je suis malade. Il y a quelques années, c’est mon exceptionnel air reposé qui suscitait une remarque ou un compliment.

 

3/ On peut trouver son rythme, à tout âge.

Vous avez trouvé votre rythme de sommeil lorsque deux conditions sont réunies : vous vous sentez reposé et en forme, ET vous vous réveillez naturellement. Lorsque l’on ouvre les yeux en se sentant bien à l’idée de se lever et de démarrer la journée, c’est que l’on a suffisamment dormi.

En étant à l’écoute de son corps, on le comprend mieux. On ne confond plus le besoin d’énergie, qui appelle un thé ou un café, avec le besoin de repos. On dort un petit peu plus le week-end ou en vacances, on fait éventuellement la sieste, mais sans se noyer dans des heures et des heures de sommeil qui laissent hébété.

 

4/ Les heures du jour sont réellement plus précieuses.

Curieusement, quand il fait nuit, les heures s’étirent sans que l’on y prête attention. Je ne sais pas pour vous mais j’ai une fâcheuse tendance à rester scotchée devant mon ordinateur, de lecture intéressante en bêtise de réseau social, de série à regarder en longue conversation par chat qui aurait été bien plus rapide au téléphone. Je ne ferais jamais ça la journée ! Quand il fait jour, on travaille, on est dynamique, on se nourrit à table au lieu de grignoter devant un écran…

Je crois qu’on ne perd pas grand chose en diminuant son nombre d’heures éveillées le soir, pour en gagner davantage le matin. Et comme le dit cette formule connue : les heures de sommeil avant minuit comptent double, elles vous ressourcent bien plus.

 

Si vous êtes fatigué, ponctuellement ou sans cesse, je vous conseille vraiment de vous coucher plus tôt le soir et à heures fixes (les jours sans sorties au moins). Si le sommeil ne vient pas, vous pouvez avancer l’heure du coucher progressivement, par quart d’heure, et songer à éteindre vos écrans divers une heure avant de dormir. J’ai déjà fait l’apologie du lever tôt qui permet de bien démarrer sa journée. Je vous promets que votre forme peut grandement s’améliorer avec un petit peu de sommeil en plus.

 

 

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.