Yoga, méditation, des pratiques vivantes

Yoga-pour-le-dos

On ne va pas sur un tapis de yoga ou un coussin de méditation pour se sentir bien. On s’y sent bien parce qu’il se passe quelque chose, quelque chose de plus grand que nous et que ce moment.

Sur le tapis de yoga il est parfois difficile ou inconfortable de prendre une pose. On s’y installe et on respire, on se pose dans l’inconfort en l’acceptant, et on respire davantage. Et il est tellement utile dans la vie de tous les jours de pouvoir respirer dans les situations inconfortables, de savoir que l’on a en soi les ressources pour traverser un moment compliqué. Ne serait-ce que physiquement, l’ouverture de la poitrine et de la cage thoracique est une ouverture du coeur et une ouverture de soi.

Sur le coussin de méditation il est parfois difficile de rester immobile, physiquement comme mentalement. Quand le corps ne frémit pas d’envie de se lever, c’est l’esprit qui bondit de pensée en pensée. Alors on s’entraîne petit à petit, jour après jour, à apaiser cet esprit, à lui apprendre l’immobilité. Car dans la vie de tous les jours il est également indispensable de savoir s’arrêter, d’accepter le non-mouvement. Méditer ou s’immobiliser, c’est aussi sortir du multi-tâches, de l’incapacité moderne à faire une seule chose à la fois, à se rendre disponible. On ne relève pas frénétiquement ses mails lorsque l’on s’assied en tailleur sur le coussin et vous ne verrez pas (j’espère) un statut Facebook *médite*.

Ces pratiques sont pour moi à forte dimension spirituelle, mais ce sont aussi des pratiques de vie, qui sortent du cadre du tapis ou du coussin. D’ailleurs je fais du yoga ou je « m’assieds » partout désormais.

Mon intention pour le mois qui débute est d’amener davantage et consciemment ces pratiques dans ma vie.
Elles permettent de vivre plus entièrement, en étant réellement présent à ce qui se passe, davantage disponible pour soi-même et pour les autres.

Plus on respire de pratique en pratique, plus on devient capable de respirer et d’avancer d’une situation à une autre, d’amener la patience et l’humilité dans nos vies. Il n’y a rien de glorieux à s’asseoir immobile, juste une tranquillité profonde que l’on peut emporter avec soi pour le reste de la journée.

NOUVEAU !
Version audio, à écouter ci-dessous ou télécharger ici.

Laisser un commentaire